Actualités nationales

Coronavirus

 

Au regard de la prévention, de la solidarité et

de la protection des personnes les plus fragiles,

le chef de l'Etat a pris une mesure inédite en France :

la fermeture sur l'ensemble du territoire des crèches, écoles,

collèges et lycées à partir du lundi 16 mars

jusqu'à une date encore inconnue.

Nous le savons, cette décision va bouleverser le quotidien des familles.

Elle sera difficile à mettre en place, contraignante

mais l'Etat s'est engagé à faciliter la mise en œuvre de cette mesure.

La première difficulté sera de trouver des solutions pour celles et

ceux qui sont dans l'obligation de travailler

et ne pourront s'occuper de leurs enfants.

Nous comptons sur la solidarité des un(e)s et des autres,

sur l'entraide entre parents pour pouvoir trouver

des solutions de garde alternatifs.

En revanche, par un décret consolidé le 27 février 2020,

le gouvernement permet aux assurés qui font l'objet

d'une mesure d'isolement, d'éviction ou de maintien à domicile

ou qui doivent s'occuper de leurs enfants,

de bénéficier des indemnités journalières

de la sécurité sociale, au titre d'un arrêt de travail.

Cet arrêt peut aller jusqu'à 20 jours maximum et est délivré

par le médecin de l'Agence régionale de santé (ARS) qui le transmettra

à la CPAM de l'assuré concerné.

L'assurance maladie prévoit la possibilité pour les employeurs

de déclarer en ligne leurs salariés-parents d'enfants de moins de 16 ans

contraints de rester à domicile à la suite de la fermeture

des crèches, écoles, collèges et lycées.

La FCPE demande cependant au gouvernement de modifier l'indication

qui permet cet arrêt de travail : en effet, désormais,

l'employeur doit déclarer

ne pas pouvoir organiser de télétravail pour son salarié

s'il veut bénéficier d'un arrêt de travail.

Or, nous savons que les parents des jeunes enfants ne pourront pas

en même temps s'occuper d'eux et travailler.

Nous demandons à ce que tous les parents des jeunes enfants

qui doivent les garder puissent bénéficier de cet arrêt maladie,

indépendamment de la possibilité de pouvoir télétravailler.


Et la continuité pédagogique ?

Il est essentiel que les établissements s'assurent que tous les parents

et tous les élèves disposent de leurs futurs codes

pour « ma classe à la maison » et, dans le second degré,

de leurs codes d'ENT.

La FCPE réclame des précisions sur le rôle des enseignants dans ce contexte.

Vont-ils proposer pour certains des classes virtuelles ?

Vont-ils continuer à évaluer leurs élèves ?

Nous demandons également que des solutions soient trouvées

pour que les élèves qui n'auront pas de matériel informatique

à leur disposition puissent toutefois bénéficier

de ces enseignements à distance.

Enfin, ni les élèves ni les enseignants n'étant

coutumiers du travail à distance,

nous demandons à ce que les évaluations notées soient réduites

au minimum et qu'à leur retour en classe les enseignants soient

particulièrement indulgents avec leurs élèves.

Nous demandons aussi un minimum de planification pour les examens

à venir qui, pour certains d'entre eux, seront nécessairement décalés.

Questions/Réponses

Nous rappelons que la foire aux questions du ministère

 https://www.education.gouv.fr/coronavirus-covid-19-informations-et-recommandations-pour-les-etablissements-scolaires-et-les-274253

constitue en l'état les éléments de référence mis en place

dans les établissements.

 

Réforme du bac

La réforme du lycée et du baccalauréat prend forme

à partir de l'année scolaire 2019-2020.

Le contrôle continu compte désormais et

pour 30% de la note du diplôme.

Voici le calendrier des épreuves.

Le baccalauréat ancienne version

verra sa dernière mouture cette année.

La réforme pour les Terminale

se continuera à la rentrée 2020.

2019 2020 reforme bac

 

Les inégalités d’orientation persistent

A niveau scolaire égal, les élèves d’origine modeste sont moins souvent orientés

dans la voie générale et technologique et plus souvent dans la voie professionnelle.

C’est ce qu’indique une étude de Sciences Po Paris-Liepp

datée de décembre 2014.

En effet pour les établissements des académies franciliennes,

les inégalités d’orientation selon l’origine sociale sont substantielles :

Par rapport aux élèves de milieu favorisé de même niveau scolaire,

les élèves de milieu modeste

ont une probabilité de 5% inférieure d’être orientés en 2nde GT.

Inversement, ils ont une probabilité de 93% plus élevée d’être orientés

en 2nde professionnelle et 169% plus élevée d’être orientés en CAP.

Pourquoi ?

Plusieurs raisons sont avancées, notamment le fait que la catégorie

d’élèves moyens à bons s’auto-sélectionne.

Ces élèves de milieu modeste se perçoivent comme moins bons

scolairement que les élèves de milieu favorisé et ont tendance

à craindre une moindre chance de réussite

au moment d’arbitrer leur choix d’orientation.

Les auteurs de cette étude pointent du doigt les anticipations

défavorables de la part des professionnels de l’orientation

concernant les chances de réussite de ce type d’élèves.

 

Remplacements

La FCPE a alerté l'opinion depuis de nombreuses années sur les problèmes

de remplacement dans l’Education nationale.

 Après la reconnaissance du droit au remplacement ,

les annonces de la création de postes comme premier pas vont dans le bon sens.

Les absences non remplacées représentaient 2,5 millions d'heures dans le second degré,

soit l’équivalent de 3000 postes, ceci pour les absences de courte durée,

auxquelles il faut ajouter 200 000 jours pour les absences de longue durée.

Afin que l'année 2019-2020 connaisse de vrais changements pour les élèves

et pas uniquement dans le primaire, il va falloir transformer

ces paroles en actes dans les académies

car la réponse aux problèmes de remplacement

n’est pas uniquement quantitative.

Il faut faire de cette question une priorité, afin que les élèves bénéficient

d’une réelle continuité du service public d’éducation.

 C'est le pendant pour l’Etat de l'obligation scolaire pour les familles et les élèves.

 Pour cela, les délais de carence doivent être effectivement supprimés,

les besoins en remplacement doivent être évalués dans la transparence

et une méthode de gestion efficace doit être élaborée et mise en place.

La FCPE continue d’inviter les acteurs de l’Ecole à signaler

 les heures de classe perdues sur son site :http://ouyapacours.fcpe.asso.fr.

   

Date de dernière mise à jour : 04/04/2020

Fédération des Conseils de Parents d'Elèves des Ecoles Publiques
La FCPE est reconnue d'utilité publique
© FCPE Puteaux 2017-2018
Conformément à la loi du 6 janvier 1978 "Informatique et libertés",
vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des informations vous concernant
en adressant un courriel à l'administrateur du site internet

fcpeputeaux@free.fr